Générations de corvette


 Génération des corvette.


La venimeuse Corvette Sting-Ray  !


C'est en 1963 qu'apparut une nouvelle sportive... La Corvette C2 ! La Chevrolet Corvette Sting Ray de 1963 avait fière allure avec ses paupières fermées, sa vitre arrière séparée, ses échappements latéraux et son gros V8 musclé avec son "blom-blom" lent et régulier...

Seconde génération de Corvette - C2 


LA CORVETTE C2 (SECONDE GÉNÉRATION)

1963-1964
Contrairement à la transmission et au moteur qui furent les mêmes qu'en 1962, le châssis fut totalement changé. II y avait une suspension à 4 roues indépendantes (le pont rigide sur les C1). La carrosserie fut, elle aussi, totalement revue. La Corvette était disponible à la fois en coupé fermé et en décapotable. À la vue d'une telle voiture, le marché des Corvette explosa littéralement avec plus de 20'000 unités vendues cette année 1963; si le style de la C2 fut un réel choc, il n'était pas totalement éloigné des standards de l'époque. La seconde génération, a été révélée par Larry Shinoda, sous la direction stylistique de Bill Mitchell de 1963 à 1967. L'année 1963 verra l'introduction de la nouvelle «Corvette Sting Ray», un coupé avec ses vitres arrières en deux parties et de fausses grilles de ventilation sur le capot ainsi que
des suspensions arrières indépendantes. La vitre arrière séparée et les grilles de capot furent supprimées en 1964 pour cause d'insécurité. La puissance du moteur était de 365ch. en 1963 puis de 375ch. 1964. En 1963, toujours en terme de look, la C2 innovait avec ses phares rétractables. Et la climatisation fit son apparition.

1965-1967
En 1965, Chevrolet avait encore réussi l'impossible... La Corvette fut meilleure que jamais. Contrairement aux précédents modèles qui avaient des freins à tambours, désormais 4 disques freinaient la Corvette 1965. La Corvette devint ainsi LA référence de l'époque. Personne ne s'en doutait à ce moment, mais tout comme le châssis introduit en 1963, les disques de 1965 allaient durer jusqu'en 1982 sans évolution notable !
Par contre, ces puissants étriers à 4 pistons souffraient d'un gros problème de conception : ils étaient en fer et donc se couvraient de rouille, ce qui provoquait des fuites. C'est une maladie que connaissent encore aujourd'hui tous les propriétaires de C2 et de C3. Chevrolet n'a rien changé avant 1984 avec l'apparition de la C4.

1965 fut la dernière année (avant 1982) pour les moteurs à injection. En remplacement, un " big-block " de 396ci fit son apparition remarquée en fin de millésime avec ses 425 ch. En 1966, on atteint même 427ci (7 litres) et 450 ch. En 1966, la production fut de plus de 27'000 véhicules dont presque 10'000 coupés. Le modèle 1967 quant à lui n'aurait jamais du voir le jour sous la forme d'une C2. Chevrolet avait prévu de sortir la C3 cette année-là, mais a dû reporter sa sortie au dernier moment. Il n'y a pas eu de grosse évolution. On peut toutefois noter la disparition des « spinner ", ces espèces de tridents au centre des roues suite à la décision du gouvernement américain. Le capot des versions 427 adopta une prise d'air des plus agressives. Cette année là, Chevrolet proposa en série limitée (vingt modèles), une version avec un impressionnant " big-block ", codé "L88" de 427ci développant jusqu'à 560 ch. Sacré exploit pour l'époque en imaginant la faible efficacité des freins, tenue de route aléatoire et, bien entendu, sans assistance électronique. Bref, ce fut vraiment virile de rouler avec ce monstre venimeux !


plus d'infos sur Wikipedia...

Accueil | Le Club | Photos | Agenda | Actualités | Annonces | Plan du site | Nous contacter | A propos

Copyright ©   Developed by MR - 2010 / dernière mise à jour: