Générations de corvette

  Corvette génération 3 - C3


 Génération des corvette.



L'apparition de la Corvette épique !


La troisième génération, inspirée du prototype Chevrolet « Mako Shark » (désignée par Larry Shinoda), démarra en 1968 et se termina en 1982.

   


LA CORVETTE C3 (TROISIÈME GÉNÉRATION)
En réalité elle aurait dû faire son apparition en 1967. En 1969, GM augmenta la cylindrée de leur « small-block » pour atteindre 350 cubic inch (5,7 litres), et en 1970 le « big-block » 427 ci est passé à 454  (7,4 l.). Le sommet de sa puissance a été atteint en 1970 et 1971, avec le LT-1 de 1970 donnant 370ch. et en 1971 le 454 ci. ayant sa dernière année de puissance élevée avec 425ch.
En 1972, GM changea de normes de mesure de puissance en passant du SAE grossier au SAE net, ce qui modifia les valeurs de mesure. Ajouté à cela le passage vers les carburants sans plomb, les normes d’émission de pollution et les convertisseurs catalytiques, la puissance continua de chuter jusqu’en 1975 pour atteindre 165ch. avec le moteur de base et 205ch. pour le moteur L82. La puissance restera quasiment identique pendant le reste de la carrière de la Corvette C3 terminant en 1982 avec 200ch. pour le moteur L83.

La carrosserie était plus basse, plus large, mais aussi plus aérodynamique que la C2 tout en reposant sur le même châssis. La C3 connut des débuts difficiles du côté de la presse qui ne manquait pas une occasion de la critiquer. Les mêmes problèmes revenaient régulièrement : qualité de fabrication déplorable et habitacle étriqué.
En 1968, Chevrolet supprima l’appellation « Sting Ray » de la Corvette pour la transcrire dès 1969 sous la forme de « Stingray ».
Il y eut très peu de modifications en 1969 : le feu de recul séparé en 1968 fut intégré aux autres feux en 1969, la boîte de démarrage au tableau de bord en 1968 fut déplacé sur la colonne de direction et enfin fut ajoutée une petite poche en guise de boîte à gants.

1968-1969
En 1968 et 1969, les phares se levaient avec un mécanisme à dépression. Celui-ci avait été choisi car jugé plus fiable d’un point de vue électrique. De même, la trappe qui protégeait les essuie-glaces fonctionnait suivant un principe à la différence près qu’il s’actionnait plutôt difficilement.
La Corvette était toujours disponible sous deux formes : cabriolet et coupé. Par contre, l’esprit avait quelque peu changé puisque dès lors équipé d’un toit escamotable en deux parties avec une barre centrale fixe, le « T-Top » permettait de transformer le coupé en « Targa ». Les roues étaient de 7’’ en 1968 pour passer à 8’’ en 1969, contre 6’’ sur la C2, tandis que le volant suivait la progression en passant de 16’’ à 15’’ en 1969. L’année 1969 fut la seule année ou l’on pouvait commander les sorties d’échappement latérales, « side pipe ». Malgré un démarrage difficile, les ventes de Corvette battirent de nouveaux records : plus de 38'000 véhicules vendus en 1969.

1970-1972
En 1970, la liste des moteurs disponibles fut légèrement raccourcie, mais un "small block" de 350ci / 5,7 l. (300 ch. et 350 ch.) et un big block de 454ci / 7,4 l. (390 ch.) firent leur apparition. Cette année fut aussi la dernière avec des moteurs haute compression à s’accommoder de carburant à faible indice d’octane (comme les nouveaux carburants sans plomb).

1970 signait la fin d’une époque… C’était la dernière année pour les puissances phénoménales (puissances « brutes »), vitre arrière démontable, pare-chocs chromés aux deux extrémités de la voiture et la disparition de la trappe d’essuie-glace motorisée.
En 1972, la liste des moteurs réduisit encore, de même que les puissances qui baissaient dramatiquement à cause d’une nouvelle méthode de calcul. En effet, jusque là, la puissance était « brute » et la législation imposait une puissance et que la différence soit consommée par les accessoires tels que le filtre à air, l’échappement, ventilateur, climatisation, etc… Le 350ci développait ainsi plus de 225 ch. alors que le 454ci ne développait plus que 270 ch. !!!
La Corvette 1972 constitua le dernier modèle avec la vitre arrière amovible et elle marqua la fin de l’ère des Corvette qui se distinguaient par leur pare-chocs chromé. Le modèle présenté au SIAM n’a pas été restauré et la peinture est originale. Elle a également remporté le trophée « Top Flight » décerné par le National Corvette Restore Society, communément appelé le NCRS.

1973-1978
1973 connut quelques petits changements au niveau de la carrosserie de la C3. Un nouveau capot apparut pour compenser la suppression de la trappe d’essuie-glaces, le pare-chocs est en plastique peint de la même couleur que la caisse alors que le pare-choc arrière reste chromé. Ce changement est dû aux nouvelles normes de sécurité en vigueur qui imposèrent que le pare-chocs résiste à un choc de 5mph. En 1974, le pare-chocs arrière passa lui aussi au plastique (en 2 parties uniquement cette année là), alors on vit pour la première fois le moteur 454ci et l’échappement non catalysé. Avec l’apparition du catalyseur et de l’allumage électronique en 1975, les puissants moteurs (165 ch. et 205 ch.) sont dramatiquement tomber alors que le cabriolet vivait ses derniers mois.

En 1977, peu de changements notables hormis la nouvelle console centrale et l’apparition d’options telles que notamment le « Cruise Control ». Le 15 mars 1977, l’usine de St-Louis produisit la 500'000 millième Corvette.
Durant ces 5 années, environ 200’000 Corvette trouvèrent acquéreurs, soit plus de la totalité des Corvette que précédemment !!!
1978 connut le plus grand changement depuis 1968. C’est l’anniversaire de la Corvette qui fêta ses 25 ans !!! Chevrolet profita de cette occasion pour en mettre plein la vue. La Corvette hérita enfin d’un coffre (fermé par une immense vitre, genre de bulle) permettant d’entreposer les « T-Tops » ainsi qu’un nouveau tableau de bord (assorti à la console centrale apparue en 1977). Grande nouveauté, le tableau de bord contient désormais une boîte à gants !!!

1978 Chevrolet sortit une série « Special 25th Anniversary » : peinture 2 tons : gris clair en haut et gris foncé en bas de marquage spécifique. De même, profitant d’une invitation à Indianapolis pour la fourniture d’un « Pace-Car » : peinture 2 tons noir et gris, déco spécifique, spoiler et becquet arrière avec des sièges et des jantes en aluminium spéciales. Seuls 6502 exemplaires « Pace-car » furent produits…

A relever que sur ces 6502 exemplaires, le CCR compte dans son parc, le modèle certifié Pace-car « Special 25th Anniversary » No 3240 (propriétaire Maurice Brélaz).

1979-1982
En 1979, peu de changement concernant la carrosserie à l’exception des emblèmes. Les spoilers et becquets dans le modèle 1978 devenait disponibles en option. L’intérieur, quant à lui, gagna les sièges du pace-car de 1978 apportant un meilleur maintient latéral et un plus grand confort.
En 1980, les ingénieurs de Chevrolet dessinèrent de nouveaux pare-chocs intégrant spoiler avant et becquet qui améliorèrent considérablement l’aérodynamique des précédents modèles. De plus, ces messieurs décidèrent de faire la chasse au poids superflu : le différentiel fut construit en aluminium, la carrosserie, les vitres ainsi que le châssis furent également soumis à un régime. Le poids baissa ainsi de près de 200lbs (90 kg). Les moteurs disponibles étaient alors des 350ci (190ch ou 230ch) sauf pour la Californie et ses dures lois anti-pollution (350ci pour 180 ch).
Le choc pétrolier du début des années 70 fit mal à la Corvette tout au long de ces années. En 1980, la Corvette fut représentative de l’industrie automobile américaine et proposa des performances bien ordinaires. 1980 fut aussi l’arrivée du frustrant compteur de vitesse limité à 85mph (135 km/h) !!!

En 1981, peu de changement : la classique lame de ressort en acier fut remplacée par une lame en fibre de carbone et l’allumage fut contrôlé par un ordinateur afin de réduire la pollution. C’est aussi la dernière année de production à St-Louis. La production fut transférée à Bowling Green au Kentucky. 1982 fut la dernière année de la C3. Chevrolet en profita pour sortir une série spéciale « Corvette Collector » avec une peinture bicolore dorée et argentée, jantes en aluminium dans le style de celles de 1967, superbe équipement, surtout pour la première fois depuis longtemps un coffre accessible de l’extérieur. Côté moteur, 1982 vit apparaître l’injection appelée ici « Cross Fire Injection ». La puissance à 200 ch. et l’arrière préfigura à celui de la C4.
En 1983, l’usine de Bowling Green produisait la 750'000 millième Corvette. Comme la Corvette de quatrième génération (C4) fut produite après le 1er janvier 1983, la division Chevrolet décida de sauter l’année modèle 1983 pour produire cette nouvelle Corvette comme un modèle 1984, puisque cette voiture rencontra déjà les normes gouvernementales de cette année modèle.


plus d'infos sur Wikipedia...


Accueil | Le Club | Photos | Agenda | Actualités | Annonces | Plan du site | Nous contacter | A propos

Copyright ©   Developed by MR - 2010 / dernière mise à jour: